DOCUMENTS ANNEXES

 
Antoine Watteau, “À l’Enseigne de Gersaint” (1720) (1,66m x 3,06m) Château de Charlottenbourg, BerlinChambre.html

Verre dépoli.  Photographie  N/B, 1991

Hall d’AccueilAccueil.html
Article de Lldmhttps://nefertitiinthekitchen.bandcamp.com/http://www.le-terrier.net/albums/ecobichon/index.htmshapeimage_3_link_0
http://www.suspectguru.com/beefheart.htmlhttp://www.suspectguru.com/beefheart.htmlhttp://www.fredfrith.com/shapeimage_4_link_0
http://www.lesateliersduvent.org/http://www.lesateliersduvent.orghttp://www.scaruffi.com/vol1/beefhear.html#xxxxxxshapeimage_5_link_0
http://briac-lepretre.chez-alice.fr/http://briac-lepretre.chez-alice.frhttp://www.fredfrith.com/shapeimage_6_link_0
http://www.fredfrith.com/http://www.fredfrith.comhttp://www.fredfrith.com/shapeimage_8_link_0

Des liens :

Les Deux Cousines, Watteau, (30 x 36cm) 1717.  Louvre.

“Merzbau” Kurt Schwitters, Hanovre 1933.

“Autoportrait parmi les Masques”,  James Ensor Accueil.html

“L’Assassinat”, Ensor. 1888.

MNBA du Québec. (47 x 35 cm)

“Bonjour Monsieur Courbet” (132 x 150 cm)
 Musée Fabre, MontpellierAccueil.html

Sergeï Paradjanov, dessin à l’encre, (33 x 22 cm)

dans sa Maison-musée à Erevan.

Situation du Vent III , Richard Baquié.

Musée de l’Objet, Blois.

Le Rideau Jaune, Edouard Vuillard. 1893 (61 x 53 cm)

National Gallery of Art, Washington

Les Couturières, E. Vuillard, 1890 (57 x 47 cm)

Coll. part.

St George and the Dragon, Lewis Caroll Impression à l’albumine. 1875 (11 x 16 cm)

St Georges et le Dragon. Paolo Uccello, 1440. (74 x 55 cm)

National Gallery.

Le Fusil Chronophotographique d’Étienne - Jules Marey. 1882.Cequiadvient.html

“L’ Accident”, photographie, de la “Wurstserie” . Fischli et Weiss, 1979.

« Mes amis, les œuvres de vision personnelle seules resteront. Il faut se créer une science picturale personnelle et vibrer devant la beauté comme devant la femme qu’on aime. Oeuvrons avec amour, ne craignant pas les défauts, compagnons habituels inévitables des grandes qualités. Oui, les défauts sont les qualités et le défaut est supérieur à la qualité. Qualité signifie uniformité dans l’effort en vue d’atteindre certaines perfections communes accessibles à tous. Le défaut échappe aux perfections uniformes et banales. Le défaut est donc multiple, il est la vie et reflète la personnalité de l’artiste, son caractère, il est humain , il est tout et sauvera l’œuvre. » Discours de James Ensor au banquet de “La Flandre Littéraire”, en 1922.

http://www.erik-satie.com/http://www.erik-satie.com/http://www.erik-satie.com/shapeimage_12_link_0